Les chaleurs chez la femelle

 

La durée

Les chaleurs chez la furette sont assujetties au changement de saison et, plus particulièrement, au changement de luminosité dû à l’allongement et au raccourcissement des jours. Elles débutent donc, en général, entre février et mai et peuvent se prolonger jusqu’en septembre-octobre. 

Les signes visibles

Pendant cette période, la vulve de la furette va se mettre à gonfler puis, après 2 ou 3 semaines produira un liquide incolore qui s’en écoulera. Cela indiquera que la furette est prête à être saillie.

femelle vuvle normale

Vulve normale d’une furette

femelle en chaleur

Vulve de début de chaleur d’une furette

femelle en chaleur ++.

Vulve en chaleur bien avancée d’une furette

Les risques

 Chez la furette, l’ovulation est provoquée par l’accouplement.

Dès lors, en l’absence de saillie, les chaleurs se prolongent et peuvent durer plus de 6 mois (jusqu’à ce que la luminosité des jours redevienne inférieure à 12 heures).

Une femelle qui n’est pas saillie après le début des chaleurs ou n’est pas stérilisée souffrira d’une hyperoestrogénisme (imprégnation importante de l’organisme en œstrogène) qui mènera immanquablement à l’aplasie médullaire.

Les symptômes de l’aplasie médullaire visibles sont alopécie (perte de poils), gonflement de la vulve et pâleur des muqueuses (gencives notamment). Malheureusement, les symptômes non visibles sont beaucoup plus conséquents et peuvent affecter sérieusement la santé de notre petite protégée. On parle ici de non-régénération des plaquettes et des globules blancs et rouges, d’anorexie, d’apathie et, dans les cas les plus graves, de points rouges sur la peau suite à des

mini-épanchements de sang ou même de paralysies du train arrière.

Les remèdes

La seule solution envisageable en l’absence de saillie reste bien entendu la stérilisation pour laquelle vous trouverez une fiche spécifique dans le dossier « La santé du furet ».

Comments are closed