Les maladies du furet

 

Les furets sont des animaux dont la santé est relativement fragile.

GismoOutre l’existence de divers parasites pouvant s’attaquer au furet (voir fiche spécifique), diverses maladies peuvent également l’affecter, certaines étant contagieuses voire mortelles pour notre petit compagnon. Il est donc primordial de les faire vacciner si cela est possible et de consulter un vétérinaire à la moindre alerte afin qu’il puisse intervenir avant que l’état du furet ne devienne trop sérieux.

Certaines de ces maladies sont des zoonoses (du grec zôon, « animal » et nosos, « maladie ») qui peuvent se transmettre à l’homme et inversement.

Les plus connues

Les maladies qui touchent le furet se classent en trois catégories :

  • les maladies susceptibles de vaccino-prévention ;
  • les maladies spécifiques au furet (vaccination impossible) ;
  • les maladies tumorales.

Les maladies susceptibles de vaccino-prévention

Communes à d’autres espèces comme le chien, le chat et même l’homme, certaines de ces maladies peuvent être relativement dangereuses. Il est donc préférable de faire vacciner votre furet afin de prévenir les désagréments possibles voire les disparitions prématurées.

La maladie de Carré

Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle qui affecte les appareils respiratoires et gastro-intestinaux et/ou le système nerveux. La contamination se fait le plus souvent, par contact direct, de truffe à truffe et par voie orale ou respiratoire. Toutes les sécrétions et excrétions des animaux malades contiennent des particules virales.

L’immunité naturelle d’un jeune animal pouvant disparaître avant qu’il soit vacciné, on réduit le risque d’exposition au virus en limitant les contacts avec des animaux inconnus tant que la série de vaccinations n’est pas achevée.

  • Période d’incubation : de 1 à 3 semaines environ.
  • Symptômes : manque d’appétit, conjonctivite, écoulements nasal et oculaire purulents, fièvre, éruptions cutanées, chute des défenses immunitaires, infection pulmonaire.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : si l’animal n’a pas été vacciné, la maladie est incurable. Il faudra alors euthanasier le furet pour éviter qu’il ne souffre.

La rage

Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle, transmissible à l’homme et aux autres animaux, qui affecte le système nerveux.

Elle se transmet le plus souvent par morsure mais peut également se développer suite à des léchages ou à des contacts avec les muqueuses buccales ou oculaires

  • Période d’incubation : 1 à 3 mois en général
  • Symptômes : manque de coordination dans les mouvements, hypersalivation, agressivité.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : une fois les symptômes déclarés, la rage est mortelle au bout de 4 ou 5 jours pour le furet, il n’y a pas de traitement.

La grippe

La grippe peut être transmise aux furets soit par leurs congénères, soit par l’homme, et inversement.

  • Période d’incubation : plus ou moins 1 semaine.
  • Symptômes : fatigue, éternuements, écoulement nasal, conjonctivite, toux, fièvre, manque d’appétit, diarrhée.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : isoler le furet malade tout en le gardant au chaud. Bien que la grippe puisse guérir spontanément après une dizaine de jours, il est préférable de consulter le vétérinaire qui prescrira des antibiotiques.

Bon à savoir : le furet peut également être victime d’infections respiratoires dont les symptômes ressemblent à ceux de la grippe,telles que rhinites, bronchites ou pneumonies. En cas de doute, consultez votre vétérinaire.

La leptospirose

La leptospirose est une maladie infectieuse et contagieuse,qui peut toucher les autres animaux domestiques, mais également l’homme. Il s’agit d’une maladie sévère qui peut être mortelle pour le furet si elle n’est pas traitée dans les plus brefs délais.

  • Période d’incubation : de 1 à 3 semaines environ.
  • Symptômes : fièvre, gastro-entérite, insuffisance rénale.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : antibiotiques.

Les maladies spécifiques au furet (vaccination impossible)

Les maladies pour lesquelles il n’existe pas de vaccin et qui touchent particulièrement les furets sont plus ou moins graves et plus ou moins dangereuses. Pour préserver la vie de votre compagnon, il y a donc lieu d’être attentif aux symptômes en permanence et de consulter rapidement un vétérinaire en cas de doute.kaya

L’aplasie médullaire (hyperoestrogénie)

Chez la furette, l’ovulation est provoquée par l’accouplement.

Dès lors, en l’absence de saillie, les chaleurs se prolongent et peuvent durer plus de 6 mois (jusqu’à ce que la luminosité des jours redevienne inférieure à 12 heures).

Une femelle qui n’est pas saillie après le début des chaleurs ou n’est pas stérilisée souffrira d’une hyperoestrogénisme (imprégnation importante de l’organisme en œstrogène) qui mènera immanquablement à l’aplasie médulaire.

  • Symptômes : présence de sang dans les selles, apathie, manque d’appétit, chute de poils, pâleur des muqueuses, infections bactériennes (pneumonie, septicémie), infection de l’utérus, vulve couleur rouge sang, arrière-train paralysé, etc.
  • Traitement : stérilisation de la furette.

La Salmonellose

La salmonellose touche généralement le furet par l’entremise de son alimentation (viande crue et sous-produits carnés). Sa transmission à l’homme est relativement rare. Cependant, le risque est réel.

  • Symptômes : gastro-entérite hémorragique (vomissements et diarrhées accompagnés de sang).
  • Traitement : réhydratation, antibiotiques

L’occlusion digestive

Le furet, qui est un explorateur dans l’âme, fait également montre d’une curiosité extrême. Ce petit « défaut » le pousse malheureusement à mordiller tout ce qu’il trouve lors de ses pérégrinations et en fait le candidat idéal pour les occlusions digestives.

  • Symptômes : vomissements, constipation, perte d’appétit, apathie.
  • Traitement : radiographie suivie d’une éventuelle intervention chirurgicale pour retirer le corps étranger de l’appareil digestif du furet.

La gastro-entérite

La gastro-entérite est une maladie assez courante chez le furet qui peut se déclarer suite à une mauvaise alimentation, un coup de chaleur ou un ulcère entre autres.

  • Symptômes : vomissement, diarrhées, perte de poids et manque d’appétit.
  • Traitement : le vétérinaire prescrira des antibiotiques, des anti-inflammatoires et, le cas échéant, des pansements digestifs.

Les maladies tumorales

Les furets sont assez vulnérables aux tumeurs : celles-ci sont plus ou moins malignes, et associées à des symptômes plus ou moins importants et visibles.

L’insulinome

L’insulinome est une tumeur du pancréas qui touche plus particulièrement les furets adultes.

  • Symptômes : nausées, mauvaise coordination des mouvements, paralysie des pattes arrière, convulsions, faiblesse pérmalibu, ptilou et sparky 29novembre 2009 (18)iodique.
  • Traitement : soit médical avec un hyperglycémiant, soit chirurgical sous forme d’ablation des nodules

Le lymphome

Le lymphome qui touche aussi bien les furets jeunes que les furets âgés est, en fait, une tumeur du tissu lymphoïde. Le diagnostic est souvent long à poser car il nécessaire de procéder à une analyse de sang pour le détecter avec certitude.

  • Symptômes : perte de poids et d’appétit, fatigue, diarrhée, problèmes respiratoires, augmentation du volume des nœuds lymphatiques, voire de la rate.
  • Traitement : radiographie voire éventuellement biopsie puis traitement chimiothérapique visant à prolonger la durée de vie du furet.

La tumeur des glandes anales

Ce type de tumeur touche principalement les furets âgés et peut devenir très douloureux  s’il y a obstruction du canal de sortie des glandes.

  • Symptômes : perte de pus par l’anus.
  • Traitement : antibiotiques ou ablation des glandes anales dans les cas les plus graves.

Les tumeurs cutanées

Les furets sont souvent victimes de tumeurs cutanées qui surviennent sous leur pelage.

  • Symptômes : un nodule ou une tuméfaction.
  • Traitement : intervention chirurgicale (en fonction de l’urgence et de l’âge du furet) pour retirer la tumeur, ce qui évite le risque de métastases.

 Les précautions à prendre

Afin de diminuer les risques de contamination si maladie il y a, certaines règles d’hygiène doivent être considérées en tout temps.

Il faut :

  • Toujours se laver les mains après avoir touché un animal et surtout avant de manger, de se brosser les dents, de mettre des lentilles, de fumer….
  • Ne pas permettre à l’animal de lécher le visage, la bouche et si vous êtes blessé, ne pas le laisser lécher.vos plaies.
  • Éviter tout contact avec les excréments, l’urine et le sang de l’animal. Mettez des gants pour changer la litière.
  • Les animaux ne doivent pas avoir accès à la cuisine, aux endroits où sont entreposés et servis les aliments.
  • En cas de morsures, griffures ou lorsque de la salive est en contact avec une plaie, il est recommandé de nettoyer la lésion immédiatement avec de l’eau, de la désinfecter avec un antiseptique et de consulter un médecin.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed