La promenade

 

Le furet n’étant pas un chien, la promenade ne s’impose pas comme un besoin régulier pour celui-ci mais sera, en général, fortement appréciée car elle lui procure des sensations nouvelles et lui assure une activité physique saine.

Notre petit protégé faisant preuve d’une curiosité légendaire, la promenade se fera en général à un rythme de sénateur agrémenté de quelques (rares) pointes de vitesse. Dès lors, si vous envisagez de l’emmener en balade, assurez-vous d’en avoir le temps et la patience.promenade

A noter : Beaucoup de furets apprécient les balades mais certains ne s’y habituent jamais. Si plusieurs essais se montrent infructueux, inutile de persévérer et de stresser votre animal pour rien, abandonnez les sorties en extérieur.

Le lieu

Notre vedette ne goûtant que très modérément les surfaces pavées ou asphaltées, il vous faudra préférer les endroits herbeux où il pourra gratter, creuser et renifler de nouvelles odeurs. Etant donné que, par ailleurs, il n’apprécie pas non plus la foule et le bruit, la promenade se fera de préférence dans un coin de nature calme et sécurisant (jardins, forêts ou, à défaut, parcs).

Soyez toujours vigilent(e)s aux chiens qu’ils soient en laisse ou non. Beaucoup d’entre eux voient les furets comme une proie potentielle et tentent de les mordre sans période d’observation préalable … mieux vaut donc être prudent en prenant votre compagnon dans les bras si le toutou se montre trop excité.

Le harnais

Votre furet doit obligatoirement être attaché lors des balades car son envie d’exploration sera plus grande que l’affection qu’il vous porte. Ben oui, c’est comme ça !

A cet effet, un harnais adapté devra être votre unique choix. En effet, de par sa morphologie, notre bourlingueur arrive à se débarrasser aisément des simples colliers et risque alors de vous échapper très rapidement.

harnais

En vente dans la boutique du refuge

L’apprentissage du harnais

L’apprentissage du harnais est relativement simple et s’acquiert assez rapidement.

Il devra commencer dès le plus jeune âge, lors de ses sorties de cage.

Passez-lui le harnais et laissez-le gambader librement dans la maison afin qu’il s’y habitue. Une fois le harnais accepté, accrochez-lui une petite laisse et laissez la traîner pour que votre furet face connaissance avec cette dernière. Il sera alors temps de vous saisir de la laisse et de le promener dans les pièces de l’appartement qu’il connaît déjà.

Même à la maison, cet apprentissage doit toujours se faire sous surveillance, le harnais risquant de rester accroché à un objet quelconque et par le fait d’affoler votre furet.

Trucs et astuces

Évitez de promener votre furet aux heures chaudes de la journée.

Prévoyez un sac à dos contenant de quoi désaltérer et nourrir votre protégé, de quoi le sécher si vous vous promenez près d’un point d’eau et de quoi lui prodiguer des premier soins éventuels (désinfectant, pansement, …).

N’hésitez pas à vous arrêter régulièrement pour rassurer votre furet de la voix et par des gratouilles.

Généralités

 

Comme le chien et le chat, le furet est sensible à un certain nombre de maladies et de parasites. Il est donc important de le faire vacciner et de le vermifuger régulièrement, mais aussi de surveiller son état, et de l’emmener régulièrement chez le vétérinaire.

 Optez pour un vétérinaire spécialisé

Un maître qui aime son furet doit le faire examiner régulièrement et quand cela s’avère nécessaire, pour lui assurer une bonne santé et une bonne hygiène.

Pour ce faire, il est important de choisir un vétérinaire spécialisé dans les nouveaux animaux de compagnie (NAC) étant donné que le furet est considéré comme tel.

Ses compétences lui permettront mieux qu’un vétérinaire classique de :

  • diagnostiquer si votre furet est en bonne santé ou pas ;
  • le traiter correctement et de manière appropriée si besoin est.

Carnet de santé du furet

passeport

Lors de l’acquisition d’un furet, l’éleveur ou l’animalerie doit fournir à son nouveau maître son carnet de santé à jour, sur lequel doivent figurer :

  • les premiers vaccins qui lui ont été inoculés ;
  • les vermifuges qu’on lui a administrés ;
  • les stérilisations ou autres opérations chirurgicales qu’il a subies.

Dans le cas contraire, il faut rapidement prendre rendez-vous avec un vétérinaire spécialisé, qui procédera à un examen clinique et vaccinera votre furet dès la première visite.

 

La trousse de secours

 

En cas de soucis, il est toujours possible d’administrer les premiers soins à votre furet en attendant de pouvoir rencontrer le vétérinaire. Et comme souvent les petits bobos arrivent le week-end… il vaut mieux être prêt!

secoursSoins par voie orale

  •   Argile verte comestible en poudre (irritations digestives)
  •   Charbon actif (diarrhées, intoxications)
  •   Ferment lactique comme le bioflorin (problèmes intestinaux)
  •   Aliment hyperprotéiné : AD Hill’s chat (aliment thérapeutique favorisant la cicatrisation)
  •   Pâte vitaminée : Ferretvite ou Nutrigel (complément alimentaire énergétique)
  •   Pâte anti-boules de poils : Bezopet
  •   Des seringues sans aiguilles

Soins par voie externe

  •    Bétadine liquide (désinfectant)
  •   Thermomètre
  •   Balance de cuisine
  •   Coupe-griffes ou coupe-ongles
  •   Coton tiges (attention: ne pas enfoncer dans les oreilles!)
  •   Nettoyant pour oreilles : Ear cleaner de Marshall
  •   Apaisant naturel : les fleurs de Bach Rescue  (pour les chocs, traumatismes, …)
  •   Collyre (gouttes pour les yeux)Timon Lina (2)

Médicaments régulièrement utilisés sur les furets (certains sont seulement délivrés sur ordonnance)

  •   Prednisolone (cortisone)
  •   Bene-Bac gel (flore intestinale)
  •   Peptobismol (pansement gastrique)
  •   Bismutal (anti-diarrhéique en poudre pour animaux)
  •   Becotal (sirop vitaminé)
  •   Panacure (vermifuge)

La quarantaine

 

Pourquoi une quarantaine ?

Un nouveau furet intègre votre foyer !!!

Timon Lina 27122011 (24)La première chose à faire est de rendre visite à votre vétérinaire, surtout si le nouvel arrivant a été trouvé ou recueilli sans que vous connaissiez ses antécédents.

Néanmoins, quel que soit le résultat de cette visite préliminaire, la prudence exige la mise en quarantaine du petit dernier en le tenant éloigné de tout autre animal durant une période s’étendant idéalement sur 40 jours.

Cette mise à l’écart, si elle peut sembler relativement longue, couvre le temps d’incubation de la plupart des maladies et permet donc de s’assurer que notre petit adopté est potentiellement sain.

Attention toutefois, cette quarantaine n’est bien sûr pas un remède miracle et, même si elle permet de réduire considérablement les risques, une contamination reste toujours possible en cas de maladie particulièrement contagieuse ou de furet porteur sain.

Par ailleurs, cette période permet également à votre nouveau locataire de prendre ses marques tranquillement et en douceur,  tout en vous permettant d’observer son comportement et de tisser un lien privilégié.

Comment pratiquer la quarantaine ?

Placez donc votre furet dans une cage entièrement désinfectée qui est située dans une pièce calme, normalement éclairée (fenêtre) et isolée de vos autres animaux.

Il est également impératif de veiller à :

  • – vous laver les mains avant comme après chaque manipulation de votre furet ;
  • – ne pas interchanger les affaires de ce furet avec celles des autres animaux de la maison sans les avoir préalablement désinfectés.

Que ce soit vous ou votre maison, il est difficile de tout rendre stérile. Toutefois cela limitera au mieux les risques de propagation des parasites ou de diarrhées par exemple.

Fin de la quarantaine

 Une fois le délai de 40 jours écoulé, si votre nouveau compagnon est en bonne santé et a été dûment vacciné, vous pouvez le présenter à vos autres protégés à condition, bien sûr, qu’ils soient eux-mêmes en bonne santé et vaccinés.

Présentation avec les autres animauxCedric-Chen1

Préalablement aux rencontres physiques, l’échange des couvertures et autres objets en tissu permet aux animaux de s’habituer progressivement à l’odeur de l’autre.

Après quelques jours, les premières présentations pourront avoir lieu.

Celles-ci se feront idéalement dans un endroit neutre afin de prévenir, dès l’abord, les problèmes de territorialité.

Commencez tout d’abord par quelques contacts au travers des barreaux avant de mettre vos animaux en présence directe. Si l’animal n’est pas prêt, inutile de le stresser. Retenter l’opération plus tard. Ne forcez pas et ne brusquez pas les choses.

Généralités

 

Vous avez décidé de partir en vacances …

ouraganTrois solutions s’offrent à vous quant à votre petit compagnon :

  • vous l’emmenez avec vous ;
  • vous lui trouvez une personne de confiance pour gardiennage à domicile;
  • vous lui offrez un séjour dans une pension pour furet.

Non seulement le choix est difficile, mais certaines options vous imposeront des préparatifs parfois assez importants … autant s’y prendre à temps !

Vous l’emmenez avec vous

Si vous voyagez av
ec lui, le transport du furet nécessite quelques précautions avant le départ, durant le voyage, et aussi à l’arrivée, pour que tout se passe au mieux, pour lui comme pour vous.

Avant le départ

Comme pour tout animal domestique, emmener son furet en voyage demande un minimum de préparation et de précautions :

  • assurez-vous que le lieu de villégiature qui vous accueille accepte les furets ;
  • assurez-vous qu’il y a un vétérinaire spécialisé proche de votre lieu de villégiature ;
  • renseignez-vous auprès de la compagnie de transport éventuelle sur leurs exigences en matière de transport d’animaux;

De plus, si vous partez à l’étranger, rappelez-vous également que votre compagnon doit :

  • être pucé et vacciné (surtout contre la rage)
  • posséder un carnet de santé à jour de ses vaccinations et un passeport européen.
  • être accompagné d’une autorisation de sortie du territoire.

Attention : Renseignez-vous bien sur les exigences sanitaires et les documents exigés par le pays d’accueil, car ils peuvent être différents d’un pays à l’autre. Le mieux est de vous informer auprès de l’ambassade du pays où vous vous rendez. Sachez également que certains documents doivent parfois être validés par des organismes compétents
vacances1

 

Le moyen de transport

Le moyen de transport le plus adéquat reste la voiture car elle vous laisse libre de faire des pauses quand bon vous semble, qui vous permettront de nourrir et donner à boire à votre furet. Il pourra également se dégourdir les jambes si vous le tenez en laisse.

Si vous avez néanmoins choisi le train ou l’avion, renseignez-vous auprès de la compagnie choisie sur les conditions et les tarifs de transport du furet.

 

La cage de transport et autres accessoires

Pour transporter votre furet, vous aurez besoin d’accessoires indispensables :

  • une cage de transport ;
  • un biberon d’eau ;
  • un récipient et une provision suffisante de nourriture ;
  • un bac à litière et sa garniture ;

La cage de transport devra être :

  • solide et équipée de bonnes fermetures;
  • facile à nettoyer ;
  • garnie de chiffons ou de vêtements usagés assurant le confort ;
  • assez spacieuse pour que votre furet s’y sente bien et que vous puissiez y placer sa litière.

Remarque : lors du voyage, il est recommandé de ne pas laisser de récipients d’eau car ils pourraient se renverser, et mouiller ou salir son petit coin douillet … cependant, vous pouvez assurer un minimum de fraîcheur dans la cage en y plaçant des petits sacs réfrigérants enveloppés d’un linge.

A l’arrivée

Le voyage ayant déjà été long et pénible pour votre furet qui a dû rester dans sa cage sans bouger : promenez-le un peu en laisse dès votre arrivée afin qu’il puisse se dégourdir les pattes.

Inspectez ensuite attentivement votre nouveau lieu de vacances pour vérifier qu’il est suffisamment sécurisé pour prévenir les accidents et autres évasions.

Enfin, sachez que votre furet risque d’être perturbé par ce nouvel environnement, vous devrez donc prendre le temps de l’habituer à sa nouvelle demeure. Pour faciliter la chose, tâchez de le loger :

  • dans une pièce aussi calme et aussi fraîche que possible ;
  • dans sa cage habituelle, où il retrouvera ses odeurs et ses habitudes rapidement ;
  • dans sa cage de transport, que vous aurez aménagée au mieux pour qu’il s’y sente bien et en sécurité.

Conseils : Prévoyez un collier ou un harnais équipé d’une médaille avec vos coordonnées dont vous équiperez le furet. Ce sera fort utile si vous le perdez par inadvertance.

Laissez-lui un peu de liberté dans l’espace qui lui est dédié (vous pouvez aussi prévoir un parc qui lui servira d’espace de jeux).

Prévoyez de grandes promenades pour qu’il se fatigue un peu et dorme beaucoup.

Vous connaissez une personne de confiance

Si vous avez la chance d’avoir, dans votre entourage, une personne qui accepte de s’occuper de votre petit mustélidé pendant votre séjour en vacances, sachez que c’est la solution la moins stressante pour votre animal. En effet, il pourra rester dans son habitat habituel et gardera tous ses repères, excepté celui de votre présence!

Si cette personne n’est pas familiarisée avec les furets, invitez-la à plusieurs reprises afin qu’elle fasse connaissance avec votre ou vos p
etit(s) monstre(s).

Par ailleurs, il vous faudra prévoir de fournir à votre furet-sitter:

  • des instructions écrites sur ce qu’il y a lieu de faire (mode et fréquence de nettoyage de la cage, nombre et durée des sorties surveillées dans la maison, …)
  • le matériel dont elle a besoin pour choyer votre animal (friandises, nourriture et litière en quantité suffisante) ;
  • un moyen de rappel sur le fait que votre furet a besoin d’une eau propre en permanence ;
  • l’adresse de votre vétérinaire attitré et le ou les carnet(s) de santé de(s) furet(s) en cas de nécessité.

Vous le placez dans une pension pour furetabandon

Afin d’éviter tout tracas de dernière minute, renseignez-vous suffisamment à temps sur la disponibilité des places, les conditions à remplir et les prix pratiqués par le refuge.

N’oubliez pas que le refuge vous réclamera également le carnet de santé de votre petit protégé prouvant qu’il est à jour de vaccinations.

 

Les maladies du furet

 

Les furets sont des animaux dont la santé est relativement fragile.

GismoOutre l’existence de divers parasites pouvant s’attaquer au furet (voir fiche spécifique), diverses maladies peuvent également l’affecter, certaines étant contagieuses voire mortelles pour notre petit compagnon. Il est donc primordial de les faire vacciner si cela est possible et de consulter un vétérinaire à la moindre alerte afin qu’il puisse intervenir avant que l’état du furet ne devienne trop sérieux.

Certaines de ces maladies sont des zoonoses (du grec zôon, « animal » et nosos, « maladie ») qui peuvent se transmettre à l’homme et inversement.

Les plus connues

Les maladies qui touchent le furet se classent en trois catégories :

  • les maladies susceptibles de vaccino-prévention ;
  • les maladies spécifiques au furet (vaccination impossible) ;
  • les maladies tumorales.

Les maladies susceptibles de vaccino-prévention

Communes à d’autres espèces comme le chien, le chat et même l’homme, certaines de ces maladies peuvent être relativement dangereuses. Il est donc préférable de faire vacciner votre furet afin de prévenir les désagréments possibles voire les disparitions prématurées.

La maladie de Carré

Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle qui affecte les appareils respiratoires et gastro-intestinaux et/ou le système nerveux. La contamination se fait le plus souvent, par contact direct, de truffe à truffe et par voie orale ou respiratoire. Toutes les sécrétions et excrétions des animaux malades contiennent des particules virales.

L’immunité naturelle d’un jeune animal pouvant disparaître avant qu’il soit vacciné, on réduit le risque d’exposition au virus en limitant les contacts avec des animaux inconnus tant que la série de vaccinations n’est pas achevée.

  • Période d’incubation : de 1 à 3 semaines environ.
  • Symptômes : manque d’appétit, conjonctivite, écoulements nasal et oculaire purulents, fièvre, éruptions cutanées, chute des défenses immunitaires, infection pulmonaire.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : si l’animal n’a pas été vacciné, la maladie est incurable. Il faudra alors euthanasier le furet pour éviter qu’il ne souffre.

La rage

Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle, transmissible à l’homme et aux autres animaux, qui affecte le système nerveux.

Elle se transmet le plus souvent par morsure mais peut également se développer suite à des léchages ou à des contacts avec les muqueuses buccales ou oculaires

  • Période d’incubation : 1 à 3 mois en général
  • Symptômes : manque de coordination dans les mouvements, hypersalivation, agressivité.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : une fois les symptômes déclarés, la rage est mortelle au bout de 4 ou 5 jours pour le furet, il n’y a pas de traitement.

La grippe

La grippe peut être transmise aux furets soit par leurs congénères, soit par l’homme, et inversement.

  • Période d’incubation : plus ou moins 1 semaine.
  • Symptômes : fatigue, éternuements, écoulement nasal, conjonctivite, toux, fièvre, manque d’appétit, diarrhée.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : isoler le furet malade tout en le gardant au chaud. Bien que la grippe puisse guérir spontanément après une dizaine de jours, il est préférable de consulter le vétérinaire qui prescrira des antibiotiques.

Bon à savoir : le furet peut également être victime d’infections respiratoires dont les symptômes ressemblent à ceux de la grippe,telles que rhinites, bronchites ou pneumonies. En cas de doute, consultez votre vétérinaire.

La leptospirose

La leptospirose est une maladie infectieuse et contagieuse,qui peut toucher les autres animaux domestiques, mais également l’homme. Il s’agit d’une maladie sévère qui peut être mortelle pour le furet si elle n’est pas traitée dans les plus brefs délais.

  • Période d’incubation : de 1 à 3 semaines environ.
  • Symptômes : fièvre, gastro-entérite, insuffisance rénale.
  • Prévention : vaccination.
  • Traitement : antibiotiques.

Les maladies spécifiques au furet (vaccination impossible)

Les maladies pour lesquelles il n’existe pas de vaccin et qui touchent particulièrement les furets sont plus ou moins graves et plus ou moins dangereuses. Pour préserver la vie de votre compagnon, il y a donc lieu d’être attentif aux symptômes en permanence et de consulter rapidement un vétérinaire en cas de doute.kaya

L’aplasie médullaire (hyperoestrogénie)

Chez la furette, l’ovulation est provoquée par l’accouplement.

Dès lors, en l’absence de saillie, les chaleurs se prolongent et peuvent durer plus de 6 mois (jusqu’à ce que la luminosité des jours redevienne inférieure à 12 heures).

Une femelle qui n’est pas saillie après le début des chaleurs ou n’est pas stérilisée souffrira d’une hyperoestrogénisme (imprégnation importante de l’organisme en œstrogène) qui mènera immanquablement à l’aplasie médulaire.

  • Symptômes : présence de sang dans les selles, apathie, manque d’appétit, chute de poils, pâleur des muqueuses, infections bactériennes (pneumonie, septicémie), infection de l’utérus, vulve couleur rouge sang, arrière-train paralysé, etc.
  • Traitement : stérilisation de la furette.

La Salmonellose

La salmonellose touche généralement le furet par l’entremise de son alimentation (viande crue et sous-produits carnés). Sa transmission à l’homme est relativement rare. Cependant, le risque est réel.

  • Symptômes : gastro-entérite hémorragique (vomissements et diarrhées accompagnés de sang).
  • Traitement : réhydratation, antibiotiques

L’occlusion digestive

Le furet, qui est un explorateur dans l’âme, fait également montre d’une curiosité extrême. Ce petit « défaut » le pousse malheureusement à mordiller tout ce qu’il trouve lors de ses pérégrinations et en fait le candidat idéal pour les occlusions digestives.

  • Symptômes : vomissements, constipation, perte d’appétit, apathie.
  • Traitement : radiographie suivie d’une éventuelle intervention chirurgicale pour retirer le corps étranger de l’appareil digestif du furet.

La gastro-entérite

La gastro-entérite est une maladie assez courante chez le furet qui peut se déclarer suite à une mauvaise alimentation, un coup de chaleur ou un ulcère entre autres.

  • Symptômes : vomissement, diarrhées, perte de poids et manque d’appétit.
  • Traitement : le vétérinaire prescrira des antibiotiques, des anti-inflammatoires et, le cas échéant, des pansements digestifs.

Les maladies tumorales

Les furets sont assez vulnérables aux tumeurs : celles-ci sont plus ou moins malignes, et associées à des symptômes plus ou moins importants et visibles.

L’insulinome

L’insulinome est une tumeur du pancréas qui touche plus particulièrement les furets adultes.

  • Symptômes : nausées, mauvaise coordination des mouvements, paralysie des pattes arrière, convulsions, faiblesse pérmalibu, ptilou et sparky 29novembre 2009 (18)iodique.
  • Traitement : soit médical avec un hyperglycémiant, soit chirurgical sous forme d’ablation des nodules

Le lymphome

Le lymphome qui touche aussi bien les furets jeunes que les furets âgés est, en fait, une tumeur du tissu lymphoïde. Le diagnostic est souvent long à poser car il nécessaire de procéder à une analyse de sang pour le détecter avec certitude.

  • Symptômes : perte de poids et d’appétit, fatigue, diarrhée, problèmes respiratoires, augmentation du volume des nœuds lymphatiques, voire de la rate.
  • Traitement : radiographie voire éventuellement biopsie puis traitement chimiothérapique visant à prolonger la durée de vie du furet.

La tumeur des glandes anales

Ce type de tumeur touche principalement les furets âgés et peut devenir très douloureux  s’il y a obstruction du canal de sortie des glandes.

  • Symptômes : perte de pus par l’anus.
  • Traitement : antibiotiques ou ablation des glandes anales dans les cas les plus graves.

Les tumeurs cutanées

Les furets sont souvent victimes de tumeurs cutanées qui surviennent sous leur pelage.

  • Symptômes : un nodule ou une tuméfaction.
  • Traitement : intervention chirurgicale (en fonction de l’urgence et de l’âge du furet) pour retirer la tumeur, ce qui évite le risque de métastases.

 Les précautions à prendre

Afin de diminuer les risques de contamination si maladie il y a, certaines règles d’hygiène doivent être considérées en tout temps.

Il faut :

  • Toujours se laver les mains après avoir touché un animal et surtout avant de manger, de se brosser les dents, de mettre des lentilles, de fumer….
  • Ne pas permettre à l’animal de lécher le visage, la bouche et si vous êtes blessé, ne pas le laisser lécher.vos plaies.
  • Éviter tout contact avec les excréments, l’urine et le sang de l’animal. Mettez des gants pour changer la litière.
  • Les animaux ne doivent pas avoir accès à la cuisine, aux endroits où sont entreposés et servis les aliments.
  • En cas de morsures, griffures ou lorsque de la salive est en contact avec une plaie, il est recommandé de nettoyer la lésion immédiatement avec de l’eau, de la désinfecter avec un antiseptique et de consulter un médecin.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Les parasites

 

Définition des parasites 

Êtres vivants qui puisent les substances qui lui sont nécessaires dans ou sur l’organisme d’un autre appelé hôte. Ce sont des intrus qui vivent ou sur la peau ou dans le corps du furet et qui peuvent le rendre malade.

  • Les parasites externes

Les puces (Ctenocephalides sp)

Les puces s’attaquent principalement au chien, au chat et au furet.

Elles adorent les endroits chauds, et sévissaient surtout au printemps et en été.

Cependant, à l’heure actuelle, le chauffage de nos maisons leur permet également de proliférer en plein hiver !

Certains furets sont hypersensibles aux puces. Elles provoquent des irritations de la peau et contraignent les furets affectés à s’arracher les poils voire à se blesser en se grattant.

D’autre part, elles peuvent être également porteuses de parasites internes et certains furets fortement infectés peuvent, à la longue, présenter une anémie.

Pour déterminer si votre furet à des puces, il suffit de placer un essuie blanc à terre et de frotter son poil vigoureusement… Des petits points noirs vont tomber sur l’essuie. Aspergez ensuite l’essuie d’eau et regarder si les points deviennent rouges (selles de puces) ou restent noirs (saletés).

Les tiques

Elles enfouissent leurs têtes sous la peau de leur « hôte » et lui sucent le sang, jusqu’à augmenter plusieurs fois de volume. Quand elle est rassasiée, la tique lâche prise en libérant des œufs qui deviendront à leur tour des tiques et ainsi de suite.

Comme pour les puces, une infection massive de tiques peut finir par anémier le furet.

D’autre part, lors de la morsure,les tiques peuvent également engendrer des maladies en infectant votre compagnon avec des virus, des bactéries ou des champignons.

Il est donc préconisé de les enlever le plus rapidement possible à l’aide d’une « pinces à tiques »  qui rend la tâche aisée si on s’y prend avec un minimum de douceur. Surtout, n’arrachez pas la tique à l’aide d’une pince à épiler car, bien souvent, la tête reste sous la peau et provoque une infection assez importante. Votre vétérinaire peut éventuellement se chargerde ce travail.

La gale sarcoptique (Sarcoptes Scabiei)

C’est une maladie de la peau liée à la présence d’un acarien microscopique dans l’épaisseur de l’épiderme. Chez le furet, les lésions sont localisées à la tête et à l’extrémité des membres. Il se gratte furieusement, des croûtes apparaissent ainsi que des chutes de poils.

La gale auriculaire (Otacariose)

Ce sont les mites d’oreille, appelées Otodectes Cynotis, qui sont les agents de la gale des oreilles chez les chiens et les chats. Malheureusement, celle-ci est également fréquente chez le furet.

La gale d’oreille se transmet par contact direct entre les animaux.

La plupart du temps, les furets atteints ne présentent aucun signe visible extérieurement à part une quantité de cérumen très importante.

Dans certains cas, il peut se gratter un peu les oreilles ou secouer la tête. Des bactéries peuvent éventuellement venir infecter l’oreille atteinte. 

Les aoûtats

Ce sont des acariens qui confient leur progéniture aux bons soins des mammifères (chats, chiens… homme), les larves trouvant « de quoi se nourrir » à la surface de notre peau.

Les larves d’aoûtats forment des « paquets » qui se signalent par l’apparition d’une espèce de « poudre orange » sur le pelage. La peau, elle, est irritée là où elles font festin.

 La teigne (dermatophytose)

Il s’agit d’une maladie de peau liée à la présence d’un champignon : c’est ce que l’on appelle une affection fongique. Les agents responsables de cette affection sont le plus souvent Microsporum Canis et Trichophyton Mentgrophytes.

Les lésions se présentent sous forme de plages de peau sans poils, circulaires, parfois croûteuses et enflammées.

La teigne est très contagieuse et très résistante.

  • Les parasites internes

Le furet étant carnivore, il peut être victime de parasites internes en mangeant des proies infectées. Les vers se développent alors dans l’intestin du furet, causant de vives douleurs abdominales, des diarrhées, de l’anémie et une perte de poids.

L’ascaris

L’ascaris est un petit vers au corps blanchâtre long de 5 à 13cm qui colonise l’intestin du furet.

Il peut être expectoré ou évacué dans les selles.

Ankylostomes (vers à crochet)

Ver rond dont les larves se fixent à la paroi de l’intestin grêle. Il mesure un millimètre de long.

Plus rares, mais plus redoutables, ils causent une diarrhée sanguinolente et parfois la mort.

Trichure (vers à fouet)

 Vers assez rares de 4 à 7 mm de long, ils causent une diarrhée très liquide et nauséabonde. L’animal s’infecte en mangeant de l’herbe contaminée ou les selles d’animaux atteints.

Le ténia (cestode)

C’est un ver dont le corps est composé d’anneaux plats et d’une tête munie de crochets ou de ventouses qui lui permettent de se fixer sur la paroi intestinale des mammifères. Il se développe dans l’intestin du furet où la « tête » est accrochée.

Le plus commun, le dipylidium, peut mesurer jusqu’à 50 cm de long. Lorsqu’il grandit, les anneaux remplis d’œufs se détachent et sont rejetés avec les selles. Par la suite, les anneaux se dessèchent et s’ouvrent en libérant les œufs qui sont ingurgités par les larves de puces. Le furet est contaminé en avalant la puce devenue adulte, en faisant sa toilette ou en mangeant une proie infestée.

La toxoplasmose

La toxoplasmose est une maladie parasitaire provoquée par un protozoaire minuscule qui vit dans les intestins du furet, mais qui peut aussi se transmettre à l’homme. C’est en mangeant des proies ou de la viande crue infectée ou encore en léchant les selles d’un animal porteur que le furet contracte la maladie. Il devient alors anorexique et souffre de troubles intestinaux.

Les coccidies

Les coccidies sont des protozoaires qui vivent dans l’intestin du furet mais ne provoquent pas de lésions importantes. Les symptômes sont les suivants : diarrhée intermittente, perte de poids et parfois traces de sang dans les selles.

Le ver du cœur (dirofilariose)

Le ver du cœur est un petit parasite qui, comme son nom l’indique, s’installe dans le cœur de l’animal hôte (principalement les chats, les chiens et les furets).

C’est la piqûre d’un certain moustique qui contamine l’animal. Le sang infecté circule et le parasite se développe dans le cœur, où il fait obstacle à l’oxygénation du sang par les poumons, causant, à la longue, une mort certaine de l’animal par arrêt cardiaque. Les symptômes sont des difficultés respiratoires et une perte de poids.

Le ver du poumon

Ce ver s’attaque à l’appareil respiratoire du furet. Une fois les poumons infectés, le furet est victime d’une toux récurrente et d’énormes difficultés pour respirer. Les larves du ver sont transmises par les selles d’un animal infecté; elles ont pour hôtes intermédiaires les oiseaux et les petits rongeurs.

L’implant

 

L’implant est une alternative à la stérilisation / castration chirurgicale. C’est une castration chimique.

Pourquoi un implant ?

En dehors du fait que l’implant agit aussi efficacement que la chirurgie au niveau de la stérilisation, il a l’avantage de diminuer considérablement le risque de la maladie surrénalienne.

Comment agit-il ?

L’implant chimique ou hormonal diffuse de façon continue des hormones qui vont empêcher le cerveau de stimuler les organes sexuels et permet de rendre le furet « stérile ».

Combien de temps agit-il ?

Il agit efficacement durant 2 à 3 ans.suprelorin

Comment voit-on que l’implant n’agit plus ?

On s’aperçoit que l’action de l’implant commence à disparaître  et que l’odeur du furet réapparaît progressivement et quand le furet chercher de nouveau à se « reproduire ».

Que faut-il faire ?

Demander à votre vétérinaire de poser un nouvel implant.

Avant la pose de l’implant, le furet subit une légère anesthésie gazeuse pour l’endormir légèrement. Ensuite, on pose l’implant (de la taille d’un grain de riz) sous la peau au niveau de l’omoplate.

Cela ne dure que quelques minutes. Ensuite, on réveille le furet qui peut repartir avec vous tranquillement.

 

Avantages Inconvénients
–          Diminue les risques anesthésiques

–          Prévient la survenue de la maladie surrénalienne

–          Diminue l’odeur corporelle

–          Diminue l’agressivité

–          A un coût élevé

–          Pose d’implant +- tous les 2 ans

–          Suivi régulier chez le vétérinaire

 

La mue saisonnière

 

La photopériode

Le changement de saison affecte énormément les furets, principalement au début du  printemps, le furet peut avoir une mue importante.

A cette période, le furet peut présenter une mue importante car il change son pelage pelucheux d’hiver pour une livrée plus légère et mieux adaptée à la chaleur.

Par ailleurs, son poids jouera également au yoyo avec le changement de saison. En effet, il perdra généralement entre 10 et 15% de son  poids au printemps pour le reprendre en automne afin de se préparer pour l’hiver et inversement.

La perte de pelage due à la mue est habituellement progressive, mais au printemps, certains furets perdent leur manteau entier, les laissant presque glabres pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines.

Alopécie de la queuePrue

Quelques furets perdent la plupart ou tous les poils de leur queue chaque printemps.

Ce phénomène, appelé « l’alopécie saisonnière» est le plus connu.

La queue commence à ressembler à celle d’un rat, avec la peau écailleuse, aux poils clairsemés, épineux, et aux points noirs.

Alopécie endocrinienne

Le furet montre assez tôt les signes de l’alopécie endocrinienne.

La perte de poils provoquée par le déséquilibre hormonal a un modèle distinct.

Les poils s’amincissent d’abord à la base de la queue et à l’intérieur des pattes, puis graduellement sont perdus sur la majeure partie du corps épargnant parfois le bout de la queue et la tête.

Les causes communes de cette affection sont les tumeurs des glandes adrénales ou les périodes prolongées de chaleurs chez les furettes non stérilisées.

Les furets victimes de tumeurs adrénales peuvent, par la suite, développer d’autres problèmes plus sérieux.

La vaccination

 

Vaccins indispensables au furet

Les vaccins du furet ne sont pas forcément les mêmes que ceux du chien ou du chat, et le dosage est différent. Les vaccins les plus importants sont ceux qui agissent contre :

la maladie de Carré ;vaccin

  • la rage ;
  • la grippe ;
  • la leptospirose.

Les premières injections se réalisent à partir de 8 à 10 semaines, puis 1 mois plus tard et ensuite tous les ans.

La maladie de Carré

La vaccination contre la maladie de Carré est fortement recommandée, même si vous ne sortez pas avec votre furet.

En le vaccinant, vous le protéger de cette maladie mortelle !

Description

Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle qui affecte les appareils respiratoires et gastro-intestinaux et le système nerveux.

La contamination se fait le plus souvent, par contact direct, de truffe à truffe et par voie orale ou respiratoire. Toutes les sécrétions et excrétions des animaux malades contiennent des particules virales.

L’automne et l’hiver sont les saisons les plus propices au développement de foyers épidémiques, de même que la concentration des animaux dans les élevages, les animaleries, les meutes, les expositions…

L’immunité naturelle d’un jeune animal pouvant disparaître avant qu’il soit vacciné, on réduit le risque d’exposition au virus en limitant les contacts avec des animaux inconnus tant que la série de vaccinations n’est pas achevée.

Symptômes

Toux, éternuements, écoulement nasal et oculaire, fièvre, signes de dépression, vomissements, diarrhée, manque d’appétit et convulsions.

Développement de la maladie

Il y a une période d’incubation de 3 à 7 jours, pendant laquelle l’animal ne présente aucune manifestation pathologique.

Après cette période, on observe une évolution généralement en trois phases :

  • – La phase invasive

Le virus qui a pénétré dans l’organisme, et s’est multiplié, se dissémine en 2 à 5 jours provoquant l’apparition d’une hyperthermie (40 à 41°C) avec une perte de l’appétit, un début

d’écoulement de liquide au niveau de la truffe et des yeux, et un abattement.

  • – La phase d’état

 Celle-ci est, en général, séparée de la phase précédente par une période de 24 à 48 heures, où la température redevient d’abord normale avant de remonter jusqu’à environ 40°C.

L’écoulement oculaire et nasal devient plus épais et jaunâtre, des éruptions de pustules peuvent apparaître dans les zones à peau fine (zone ventrale).

Suivant que le virus a envahi tel ou tel organe, les symptômes seront différents :

ils pourront être respiratoires (bronchite, pneumonie, toux…), digestifs (diarrhées, vomissements), catarrhaux (écoulements purulents), cutanés (durcissement des coussinets, de la truffe) ou nerveux (tremblements, paralysie…).

  • – La phase terminale

Quelques cas rares et bénins aboutissent à la guérison, mais souvent avec des séquelles nerveuses diverses, dentaires ou respiratoires. La convalescence est longue.

Schéma de vaccination

On opère une première vaccination (« primo vaccination ») suivie d’un rappel  un mois plus tard  puis de rappels annuels obligatoires.

 La rage

Si vous envisagez de passer les frontières, il vous faudra faire vacciner votre furet contre la rage, … la vaccination anti-rabique étant fortement conseillée si vous désirez emmener votre furet en vacances avec vous (en fonction des législations propres des pays) et obligatoire si vous souhaitez le faire garder dans un refuge ou une pension.

salud-gifDescription

 Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et souvent mortelle qui affecte le système nerveux. Elle se transmet le plus souvent par morsure mais peut également se développer suite à des contacts avec les muqueuses buccales ou oculaires.

Symptômes

Chez l’animal, on remarquera une ataxie généralisée (manque de coordination des mouvements), de l’hyperesthésie (forte sensibilité à la lumière), des douleurs cervicales, une hypersalivation marquée et parfois des convulsions des muscles faciaux.

Dans le cas des carnivores, un comportement anormalement agressif est fréquent, mais pas systématique. Dans ce cas, l’animal cherchera à mordre tout objet se situant à proximité de sa tête, et ne lâchera pas prise après morsure.

Schéma de vaccination

Le vaccin de la rage ne peut être fait avant les 3 mois du fureton sous peine d’être inactif. Veillez dès lors à vous y prendre à temps.

Votre vétérinaire pourra vous dire, par rapport au mode de vie de votre furet, si cette vaccination contre la rage est utile ou non.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Identification électronique

 

L’identification électronique

Une obligation et une sécurité

Outre le fait que la nouvelle loi concernant les animaux domestiques précise que tout carnivore domestique de plus de 4 mois doit être identifié au moyen d’une puce électronique, elle est de toute façon obligatoire si vous désirez emmener votre furet dans un pays étranger. Par ailleurs, cette précaution vous permettra également de retrouver facilement votre compagnon en cas de perte ou de vol.

La puce électronique

Il s’agit d’un petit appareil qui est injecté sous la peau du furet et qui contient un numéro unique d’identification.

Ce numéro peut être lu grâce à un lecteur électronique, qu’on appelle un transpondeur et que l’on retrouve chez les vétérinaires.

Une banque de données (IDChips) enregistre ces numéros ainsi que les coordonnées concernant le furet, son propriétaire et son vétérinaire.

Les avantages de la puce électronique

Cette nouvelle méthode d’identification présente nombre d’avantages :

  • c’est rapide (possibilité de le faire lors d’une consultation),
  • c’est efficace (vos coordonnées et celles de votre animal peuvent être enregistrées rapidement dans le fichier national d’identification des animaux domestiques).
  • c’est indolore et se fait sans anesthésie.
  • c’est infalsifiable (alors qu’il suffisait de rajouter une barre pour transformer un P en R sur un tatouage par exemple).
  • c’est discret.
  • c’est fiable (alors qu’un tatouage peut s’effacer au bout de quelques années, le transpondeur lui, reste actif toute la durée de vie de l’animal).

 

DSC03121

Pose de la puce électronique

transpondeur

Appareil permettant la mise en place de la puce

puce-electronique

Longueur de la puce électronique

 

 

 

 

 

 

 

 

lecteur

Lecteur de puce électronique

passeport

Passeport européen

Paune

Lecture de la puce sur le furet

Les grosses chaleurs

 

Les grosses chaleurs arrivent… prenez en compte ces quelques conseils de prévention

eau

L’eau

L’eau de votre furet doit être fraîche en permanence et fournie à température ambiante. Une boisson trop froide peut déclencher une entérite (diarrhée),  affection assez sérieuse en été car notre petit ami se déshydrate plus vite à cause de la chaleur.

Veillez à ce que les gamelles et biberons d’eau soient toujours remplis car pendant les périodes de très forte chaleur, ils se videront plus vite qu’à l’habitude.

L’exposition

Votre furet n’ayant pas de système sudoripare (pour transpirer), la pièce la plus fraîche de la maison sera le meilleur endroit où le loger en cas de canicule ou de forte chaleur.

Attention à ne pas exposer les cages au soleil et à ne pas les placer derrières les vitres.

N’oubliez pas que le soleil tourne vite….

Si vous avez des rideaux ou des volets, fermez-les.

Si vous aérez en laissant des portes ou fenêtres ouvertes, sécurisez-les afin d’éviter les accidents mortels et les évasions. 

L’air ambiant

Vous pouvez penser à vaporiser votre furet avec un brumisateur d’eau et répéter l’opération plusieurs fois sur la journée.

Le mieux est de le faire toutes les heures afin de garder la fraîcheur.

Veillez à ce que l’eau du brumisateur ne soit pas trop froide et n’inondez pas votre furet.

Attention: n’aspergez jamais votre furet en plein soleil car cela provoquerait l’effet inverse à celui escompté.

fufusTrucs et astuces

Pour garder une fraîcheur constante au sein de la cage de votre furet, placez une bouteille d’eau glacée enrobée dans une serviette (ou une chaussette) dans un coin de sa cage.

Attention, la serviette a son importante car elle évitera à votre furet de rester collé à la bouteille glacée.

Vous pouvez également utiliser un ventilateur pour rafraîchir sa pièce de vie. Faites toutefois très attention à ne pas provoquer de changements brusques de température car votre petit compagnon y est très sensible.

Attention : le ventilateur ne doit jamais être dirigé directement sur la cage de votre furet car cela pourrait lui occasionner des problèmes de santé. Orientez le flux d’air vers le haut de façon à faire simplement circuler l’air dans la pièce. 

Enfin, disposez une petite piscine dans son espace de détente peut permettre à votre furet  de se rafraîchir par lui-même mais cette activité n’est à envisager que SOUS SURVEILLANCE !!!

A noter : tous les furets n’apprécient pas le bain ou la piscine … les forcer n’y changera rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dangers de la Noël

 

La fin de l’année approche et les préparatifs de Noël commencent…

Des précautions sont à prendre pour éviter certains dangers à votre furet :Jasmine

L’arbre de Noël et ses décorations

– les boules dont les éclats sont extrêmement coupants et les guirlandes qui peuvent provoquer des étranglements doivent être hors de sa portée.

– les crochets et fils peuvent être mastiqués ou avalés et provoquer des lacérations ou des obstructions gastro-intestinales.

– les fils électriques peuvent aussi être dangereux, couvrez-les et attachez-les pour éviter tout incident.

– la neige artificielle est extrêmement toxique et doit, à tout prix, être inaccessible.

– si vous préférez un arbre naturel, ne mettez pas de produits chimiques dans l’eau du bac et couvrez bien celui-ci car le furet pourrait être tenté d’y boire.

– les aiguilles de pin, bien que non vénéneuses, peuvent s’amasser dans l’estomac et provoquer une occlusion intestinale (souvent mortelle).

Les autres joies de Noël

– le furet adore les cadeaux, surtout ceux ne lui étant pas destinés et se trouvant sous l’arbre sans surveillance … déchirer les papiers et en avaler des morceaux seront pris comme un jeu avec les risques d’occlusions intestinales inhérents.

– les plats de bonbons ou les biscuits apéritifs placés sur votre table de salon n’échapperont pas à votre furet qui se servira lui-même lorsque vous aurez le dos tourné.Pako

– certaines plantes comme les roses de Noël sont toxiques pour votre petit compagnon.

Petits conseils

  • Préparez vos décorations quand votre furet est en cage, cela évite les accidents.
  • Passez l’aspirateur avant de le libérer (pour les épines du sapin qui sont tombées)
  • Ne laissez traîner aucun aliment et boisson afin que le furet n’aille pas manger ni boire ce qui n’est pas bon pour lui.
  • Enfermez votre furet quand les invités entrent et sortent de la maison.
  • Laissez-le se reposer seul de temps en temps pour ne pas qu’il devienne surexcité.

 

Les plantes toxiques

 

Les plantes toxiques sont des plantes qui peuvent occasionner des lésions, internes ou externes, à l’organisme humain ou animal en cas de contact ou d’ingestion d’une quantité relativement faible de graines, de racines, de feuilles, de fruits ou de sève.

Le degré de toxicité d’une plante dépend de différents facteurs: il arrive que toutes les parties d’une plante ne soient pas aussi dangereuses. De plus, certaines substances toxiques peuvent être neutralisées sous l’effet de la cuisson ou du séchage ou, au contraire, être accru par le fait de mâcher ou de broyer la plante.

Il est bon de se rappeler que si une plante ne provoque qu’une irritation chez un humain adulte, la même quantité ingérée par un jeune enfant ou par un animal aura des effets beaucoup plus dramatiques en raison de leurs faibles poids.

Une extrême vigilance est donc de mise en tout temps lorsque votre petit compagnon s’ébat librement.

Symptômes d’empoisonnement et mesures à prendre

Les symptômes les plus courants sont: vomissements répétés, diarrhée, refus de manger,  pâleur  des gencives  ou de la langue, enflure  ou irritation  de  la  langue, douleurs abdominales et convulsions.

Si le furet souffre de l’un ou l’autre de ces symptômes, il faut agir rapidement :

En cas d’intoxication par ingestion

– Gardez votre calme

– Retirez les restes végétaux de la gueule du furet et conservez-les.

– Ne lui donnez pas de lait.

– S’il vomit, conservez un échantillon des vomissures mais ne provoquez pas le vomissement sans avis médical préalable.

– Amener immédiatement le furet chez le vétérinaire le plus proche ainsi qu’un échantillon de ses vomissures le cas échéant.

– Si vous savez quelle plante il a ingéré, apportez-en un exemplaire. Il peut être utile

de connaître l’appellation scientifique (nom latin) de celle-ci afin de faciliter le diagnostic.

A noter : Lorsqu’un furet mange une grande quantité d’un aliment végétal comme la laitue, les fibres absorbées peuvent provoquer un blocage des intestins, à moins que le furet ne vomisse peu de temps après. Par conséquent, si votre protégé avale une grande quantité de matières végétales, consulter le vétérinaire.

En cas d’intoxication par contact (irritations ou brûlures)

– Gardez votre calme

– Ne laissez pas votre furet exposé au soleil

– Rincez sa peau abondamment à l’eau courante pendant au moins 10 minutes; il ne faut pas frotter la peau ni y mettre de la crème sans avis médical préalable.

– Amener immédiatement le furet chez le vétérinaire le plus proche avec un exemplaire de la plante concernée. Il peut être utile de connaître l’appellation scientifique (nom latin) de celle-ci afin de faciliter le diagnostic.

Prévention de l’empoisonnement par les plantes chez les furets

Étant donné que le furet est un petit animal, l’absorption d’une faible quantité d’un produit très toxique peut être dangereuse.

Parfois le seul fait de se frotter à une plante toxique peut s’avérer dangereux. En effet, la sève qui se sera déposée sur son pelage pourra provoquer un empoisonnement quand le furet fera sa toilette.

La prévention dans ce domaine reste donc la meilleure des défenses :

– Acheter de préférence des plantes non toxiques, elles sont heureusement plus nombreuses que les plantes toxiques.

– Connaître le nom des plantes de votre maison, de votre jardin et de votre quartier.

– Garder le plus souvent possible vos furets à l’écart de toutes les plantes toxiques ou non.

– Conserver les bulbes à fleurs dans des contenants et des endroits inaccessibles, ils sont tous toxiques.

– Placer les plantes d’intérieur dans des plateaux contenants de gros éclats de pots  ou  des  cailloux  pointus.  Le furet n’aimera pas s’en approcher.

– A l’extérieur, couvrir le sol de gravier ou utiliser des produits répulsifs pour les animaux.

– Ne pas placer vos furets dans des lieux traités avec un insecticide ou un herbicide.

– Tenir le furet à l’écart de toute plante qui souffre de mildiou, de moisissures ou d’une  maladie  provoquée  par un  champignon ou un virus. Même s’il ne s’agit pas d’une plante toxique, elle pourra rendre le furet malade.

Les plantes toxiques

Voici une sélection de plantes toxiques les plus courantes :

Plantes toxiques 1- Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 2 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 3 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 4 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 5 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 6 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 7 - Cody's Ferret asbl

Plantes toxiques 8 - Cody's Ferret asbl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les objets dangereux

 

Chaque année, plusieurs décès chez les furets surviennent à la suite d’accidents domestiques.

Seule solution pour éviter ces catastrophes … faire en sorte que certains objets soient inaccessibles.

Eponges

Voici une liste d’articles, d’objets courants, potentiellement dangereux pour le furet.

 

  • Éponges ou morceaux d’éponges
  • Bas en nylon
  • Brins de laine
  • Morceaux de ruban gommé
  • Pièce de tissus
  • Boules de poils
  • Cire de chandelle
  • Gomme à effacer
  • Bouchon de liège
  • Bouchon de baignoire ou de lavabo
  • Gant en caoutchouc -plastique
    frigolite

    Frigolite

  • Tétine de biberon
  • Sandale en plastique ou en caoutchouc
  • Papier d’aluminium
  • Pellicule plastique
  • Semelles de chaussure
  • Tapis de souris d’ordinateur
  • Sous tapis en mousse
  • Sac en plastique (épicerie)
  • Les os de poulet
  • Monnaie
    gomme

    Gomme

  • Jouet en caoutchouc
  • Bigoudis
  • Boules de ouate
  • Bouchons d’oreilles
  • Mousse de haut-parleur
  • Mousse caoutchoutée recouvrant les écouteurs de baladeur
  • Styromousse (styrofoam) servant à emballer les colis
    ouate

    Boules d’ouate

  • Bourre d’épaulette
  • Ballon de fête
  • Cordes
  • Caoutchouc de souliers de sport
  • Isolant à plomberie
  • Isolant de réfrigérateur
  • Pièces de balles anti-stress en caoutchouc
  • Arachide, noix, amandes
  • Chocolat (Toxique pour le furet)
  • Légumes durs, crus (ex: carottes)
    tetine

    Tétines

  • Tampons à récurer (laine d’acier)
  • Bourre d’intérieur de meuble: canapé, divan, etc.  …
  • Plusieurs plantes (Voir onglet plantes toxique)
  • Dessous de frigo, cuisinière au gaz, machine à laver …
  • Tous les produits d’entretien, de récurage, désinfectants, etc. …
  • Tuyau à sécheuse vendu dans les magasins de bricolage et souvent utilisé comme jouet. Il se détériore rapidement et le fil de fer qui devient apparent peut étrangler votre furet … il y a donc lieu de vérifier constamment l’état du tuyau
  • Divan -lit (clic-clac) avec boîte en dessous. Plusieurs furets ont été écrasés.
  • Les médicaments de votre pharmacie

Cette liste n’étant pas exhaustive, ne relâchez jamais votre vigilance !

La propreté

 

Quelle litière choisir?

Utilisez un bac à litière carré pour furets ou encore rectangulaire pour chat (les furets n’aiment généralement pas les bacs triangulaires).

Vous pouvez y mettre de la litière végétale (marque » Yesterday ») ou bien du maïs concassé (corn-cob), papier journal, papier recyclé compressé. Les copeaux, le foin, la paille ou autres litières pour chat (gravier) sont à proscrire en raison de leur toxicité pour le système respiratoire de votre compagnon.

En vente à la boutique du refuge

En vente à la boutique du refuge

yester

En vente à la boutique du refuge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment éduquer votre furet?

Vous pouvez apprendre l’utilisation du bac à litière très tôt à votre furet.

Néanmoins, il ne faut pas s’attendre à ce que le furet soit aussi régulier à la litière qu’un chat ; de petits accidents arrivent parfois (lorsqu’il est trop occupé à jouer par exemple), mais on obtient tout de même de bons résultats à force de patience !

Si vous le voyez au moment de son méfait, prenez-le, déposez-le dans la litière et dites « là ». Au début, il vous regardera de son air le plus bête en se demandant ce qu’il se passe mais il faudra renouveler à chaque fois l’expérience car c’est la répétition qui amènera à l’habitude.

Dans ce domaine, votre patience sera un atout car un furet n’est pas spécialement propre du jour au lendemain.

Certains furets font à côté de leur litière par fainéantise, certains ne seront pas propres du tout, vous aurez beau tout essayer, rien n’y fera. Si tel est le cas, prenez votre mal en patDiego ience et ramassez les selles de votre furet, ils sont tellement adorables qu’on oublie souvent vite ce petit détail.

Il est inutile de lui mettre le nez dans ses besoins ou de le frapper,  il ne comprendrait pas !

L’hygiène de la litière

 La litière être nettoyée journellement car le furet est un animal propre qui refusera d’aller dans une litière trop souillée !

Quelques petits trucs

Les furets ont tendance à faire leurs besoins dans les 15 minutes qui suivent leur réveil.

Certains furets ont tendance à confondre leur litière avec un terrain de jeu.

Au début, il est parfois judicieux d’y placer une crotte dans un coin pour qu’il comprenne ce qu’on attend de lui.

Il faut savoir que l’odeur de l’urine du furet est très forte, il vaut mieux placer le bac à litière à l’endroit que le furet aura choisi lui-même pour se soulager car il risque d’y revenir systématiquement.

Si vous souhaitez modifier l’endroit où est placé son bac, il faudra alors détourner l’attention de votre petit protégé en transformant l’endroit en « coin dodo » ou en « coin repas », en y plaçant un panier en tissu ou une mangeoire par exemple.

La morsure

 

Pourquoi mord-il ?

Comme tous les prédateurs, dès leur plus jeune âge, les furetons apprennent à se battre et à mordre en jouant avec leurs congénères, développant ainsi leur technique de chasse.fufu

Sa peau étant très épaisse, il est habitué à mordre fermement et, lorsqu’il joue avec vous, il ne se rend pas compte qu’il vous mord plus fort que vous ne pouvez le supporter.

Par ailleurs, la crainte peut également le pousser à mordre, par exemple, quand on le réveille trop brusquement, quand on le place dans un endroit insécurisant ou quand on le met en contact avec quelqu’un qu’il ne connaît pas.

Enfin, il faut aussi savoir qu’un furet peut être territorial. Dans ce cas, il n’acceptera pas toujours que quelqu’un le dérange et voudra montrer qu’il est le dominant.

Et puis, bien sûr, il reste les furets maltraités qui n’ont plus aucune confiance en leurs « amis » humains.

Dans tous les cas il faut réagir et le punir. Mais pas n’importe comment, il y a certaines règles à respecter!

Comment le punir ?

Une règle d’or : ne jamais frapper votre furet ou il perdra toute confiance en vous !

Pour le punir il suffit de :

  • Le prendre par la peau du cou, soufflez sur son visage, et faites-lui un « non ! » catégorique et sec, puis posez-le à terre et ignorez-le 5 minutes.
  • S’il recommence, punissez-le dans une cage autre que la sienne (cage de transport par exemple) pendant 10 minutes.Alvin
  • Donnez-lui une pichenette sur le menton (jamais sur le nez… celui-ci étant très fragile, vous risqueriez de le lui casser et d’empêcher votre furet de respirer) ensuite posez-le à terre et ignorez-le 5 minutes…
  • Pour certains furets plus têtus que d’autres : Prenez-le par la peau du cou et pincez-le dans le gras du ventre (sur le côté, juste au dessus de la cuisse) et ignorez-le 5 minutes.
  • Le prendre par la peau du cou, soufflez sur son visage, et faites-lui un « non ! » catégorique et sec, puis posez-le à terre et ignorez-le 5 minutes.
  • S’il recommence, punissez-le dans une cage autre que la sienne (cage de transport par exemple) pendant 10 minutes.
  • Donnez-lui une pichenette sur le menton (de préférence, ne tapez jamais sur le nez… Etant très fragile, vous risqueriez de le lui casser et d’empêcher votre furet de respirer) ensuite posez-le à terre et ignorez-le 5 minutes…
  • Pour certains furets plus têtus que d’autres : Prenez-le par la peau du cou et pincez-le dans le gras du ventre (sur le côté, juste au dessus de la cuisse) et ignorez-le 5 minutes.
  • Avec certains furets, au bout de 2 ou 3 jours ils ne mordent plus tandis qu’avec d’autres il faut quelques mois, cela dépend du caractère dominant de celui-ci.

Certains furets perdront l’habitude de mordre au bout de 2 ou 3 jours, d’autres ne se laisseront convaincre qu’après quelques mois, tout dépendra de l’importance de son caractère dominant.

En tout état de cause, vos meilleures armes dans ce domaine seront : patience, persévérance, amour et douceur!!!

Comment favoriser son apprentissage ?

En règle générale, le personnes travaillant au refuge auront déjà entamé l’éducation des furets en les manipulant régulièrement et en les caressant pour mieux les apprivoiser.

Par la suite, votre nouveau compagnon devra s’habituer à votre présence, il est donc important de le sortir, de l’observer, de le manipuler et de jouer avec lui aussi souvent que possible (attention toutefois à respecter ses périodes de repos). Lors de ces contacts, vos mouvements devront être sûrs mais doux (une main ferme dans un gant de velours) afin de créer un climat de confiance. Il est important de ne jamais brutaliser un furet et de prendre le temps de se découvrir mutuellement.

Le meilleur moyen d’éduquer un furet est donc l’éducation positive, c’est-à-dire le caresser, le féliciter ou le récompenser en lui offrant des friandises immédiatement après qu’il ait fait quelque chose de bien. Le furet associera le geste à la récompense et sera tenté de le reproduire.

La pesée

 

Pourquoi peser son furet ?

Ficelle

Peser régulièrement votre furet est une excellente manière de surveiller son état de santé.

En effet, aux changements de saisons, votre petit compagnon pourra présenter des variations de poids allant de 10 à 15% au maximum. Au-delà de cette limite, il serait plus sage de consulter votre vétérinaire dans les plus brefs délais.

Comment peser son furet ?

Peser votre furet au moins une fois par semaine, de préférence toujours  le même jour et à la même heure. Afin qu’il ne s’agite de trop sur la balance, donner lui un peu de pâte vitaminée sur le bout de votre doigt … sa gourmandise fera le reste.


 

pesee

On n’y pense pas souvent mais rappelez-vous qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Les soins quotidiens

 

Les soins permettent d’assurer une bonne hygiène de vie à votre compagnon et de prévenir les maladies. Couper ses griffes, nettoyer ses oreilles, laver ses dents, brosser son pelage ou lui faire prendre un bain sont des soins à lui prodiguer régulièrement afin qu’il reste en bonne santé.

Les griffes :

On doit tailler les griffes du furet toutes les deux semaines car des griffes trop longues peuvent s’accrocher facilement dans les tapis ou les chandails et risquent de se casser, ce qui entraîne une douleur vive et parfois même un saignement.

Vous pouvez couper vous-même les griffes de votre furet ou confier la tâche à votre vétérinaire.

Bien entendu, le furet ne va pas apprécier ce type de soins.

Il est donc préférable de détourner l’attention de votre petit compagnon durant l’opération.Benji

A cet effet, vous pouvez mettre un peu de Ferretone ou de Ferretvite sur son ventre, sa propreté naturelle le poussera à se lécher et vous aurez tout le loisir de lui couper ses griffes facilement sans vous énerver et sans le stresser :

  • Coupez la griffe au niveau de l’extrémité ou à 2 mm de la veine, qui est la partie rose de la griffe, pour éviter de la sectionner et de la faire saigner.
  • Pensez à avoir près de vous un désinfectant en cas de petite blessure.
  • Une fois la tâche accomplie, récompensez votre furet avec une friandise.

Les oreilles :

Le nettoyage des oreilles qui doit avoir lieu tous les 15 jours, est indispensable afin d’éviter :

  • l’accumulation de cérumen
  • les oreilles rouges
  • les démangeaisons
  • la gale des oreilles
ear

En vente à la boutique du refuge

Comme pour les griffes, le furet n’appréciera pas cette opération, il faudra donc se montrer patient et l’immobiliser correctement (en l’enveloppant dans un linge par exemple).

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • utiliser un coton tige, méthode déconseillée pour les débutants car ils prennent le risque d’enfoncer le cérumen plus en profondeur ou d’endommager son conduit auditif.
  • opter pour des produits spécifiques, inoffensifs et efficaces, conçus pour nettoyer les oreilles. Il suffit de mettre une ou deux gouttes du produit dans chaque oreille, de masser légèrement celle-ci puis de retirer le surplus de substance avec un mouchoir en papier.

Comme pour les autres animaux domestiques, un furet qui se gratte trop souvent les oreilles et/ou qui se secoue énergiquement la tête requiert votre attention. Cela peut indiquer qu’il est victime d’une otite, d’un champignon dans l’oreille ou même de la gale. Il est donc préférable de consulter votre vétérinaire si les symptômes persistent.

 

 

Le pelage :

Le pelage du furet ne demande, en principe, pas d’entretien particulier.

Cependant, durant la mue (printemps et automne), le furet risque d’avaler de nombreux poils ; ceux-ci peuvent alors former une boule dans son système digestif et provoquer des troubles intestinaux.

Durant cette période, il est donc conseillé de retirer les poils morts de son pelage en le brossant régulièrement.

A noter : le pelage du furet angora, dont le poil est très long, n’a pas besoin de soins particuliers, car son poil ne s’emmêle pas.

Les dents :

Pour éviter une formation de tartre, qui déclenche des inflammations des gencives, voire un déchaussement des dents, vous pouvez tenter de lui laver les dents régulièrement.

A cet effet, vous utiliserez une brosse douce et un dentifrice spécial chien ou chat qui ne mousse pas et qui ne doit pas être rincé.

Si cette opération s’avère impossible, essayez simplement de déposer du dentifrice à l’intérieur de la bouche. En se léchant, le furet étalera lui-même le dentifrice sur ses dents.

Lorsque les dents de votre protégés deviennent jaunes voire légèrement brunâtres, il est temps de prendre rendez-vous avec votre vétérinaire pour un détartrage. Cela évitera à votre compagnon de perdre ses petites quenottes.

A noter : si vous nourrissez votre furet avec des croquettes, sa dentition sera mieux préservée car celles-ci préviennent la formation de la plaque dentaire.

Le bain :

Le furet est un animal propre qui fait sa toilette un peu comme le chat.

Il a une odeur particulière, c’est une senteur musquée plus ou moins forte chez certains furets.

Il n’est donc pas nécessaire de laver fréquemment le furet, une fois par trimestre est bien suffisant.

Trop le laver provoquerait des démangeaisons, car le bain dessèche sa peau.

De plus, il faut savoir que l’odeur corporelle d’un furet (s’il n’est pas stérilisé) ne sera jamais aussi neutre que celle d’un chat ou d’un chien. Laver trop souvent votre animal augmentera son odeur naturelle car il produira plus de sécrétions sébacées qui s’accumuleront sur ses poils rendus poreux et secs.

baloo

En vente à la boutique du refuge

Pour le bain, vous aurez besoin d’un shampoing à pH neutre ou d’un shampoing spécial furet ou spécial chat, et d’une serviette à proximité pour bien le sécher :

  • Remplir la baignoire d’eau tiède.
  • Installer doucement le furet dans l’eau pour le mouiller.
  • Appliquer le shampoing tout en prenant garde à ne pas mettre de shampoing dans ses yeux ou ses oreilles qui sont très fragiles.
  • Rincer votre petit animal à l’eau claire.
  • Sécher ensuite le furet avec une serviette ; il peut aussi prendre plaisir à se rouler dessus.

 

 

 

 

 

 

 

Le furet et les autres animaux

Photo: petsbypark.com 

Photo: petsbypark.com

kurt (6)

Chien – Chat:

La cohabitation est possible avec un chien ou un chat et est même meilleure s’ils ont grandi ensemble.

Comme pour la cohabitation entre deux furets, les présentations doivent se faire dans un terrain neutre. Il est préférable que les deux animaux soient jeunes, ce qui favorisera d’autant leur bonne entente.

Cependant, soyez toujours vigilant en période de jeux. Le furet peut très vite s’exciter et mordre brutalement les oreilles et la queue de son comparse. Ce dernier peut rétorquer en griffant ou en mordant méchamment. Dans le cas d’un gros chien, attention que celui-ci ne prenne pas le furet pour sa nouvelle peluche ou son prochain « casse-croûte ».

Photo: poisonedpets.com

Photo: poisonedpets.com

En résumé, tout dépend du caractère des protagonistes et, éventuellement, de leur taille.

 Rongeurs – Oiseaux:

Le furet étant un prédateur pour les rongeurs et les volatiles, il est totalement déconseillé de les mettre en présence les uns avec les autres. Il faudra d’ailleurs veiller à tenir en permanence les rongeurs et les volatiles hors de portée du furet.

Reptiles:

Un furet et un reptile ne font pas du tout bonne cohabitation. Certains reptiles tels que l’iguane ainsi que certains serpents et tortues peuvent s’attaquer au furet, le blesser voire le tuer.

De plus, certains reptiles sont porteurs de germes nocifs pour le furet

Poissons:

Les poissons sont inoffensifs, mais l’aquarium est un danger pour le furet qui pourrait tomber dedans et se noyer.